Les Centrafricains désormais face à leur destin

Publié le par centrafrique qui gagne

L’année 2012 doit marquer une rupture avec le passé en République Centrafricaine. Pays qui a battu tous les records de la rébellion. Les Centrafricains doivent cesser de penser que la souffrance et l’insécurité constituent une fatalité. De ce fait, tout le monde doit se mettre au travail et coopérer avec les éléments de forces et de sécurité.

Combien de compatriotes vivent sous le poids de la misère aujourd’hui ? Combien ont perdu leur vie ? Sommes-nous conscients de nos dérapages ? A quoi nous servent les querelles intestines alors que les autres prennent une avance considérable ? A qui profite cette insécurité qui ne fait que plonger toute la nation dans la consternation ? Boganda qui a vu le danger très loin n’a-t-il pas dit que malheur à l’homme seul ? L’union ne fait-elle  pas la force ? Les Centrafricains, quelque s soient leur origine, leur religion, leur sexe, leur appartenance politique,  doivent revenir aux  meilleurs sentiments.

François Bozizé est entrain de reconstruire notre pays. Il a brigué un mandat électif. Il est vrai qu’il a pris le maquis. Mais les Centrafricains doivent se souvenir de l’état dans lequel le pays était plongé à l’époque. Les Centrafricains n’étaient-ils pas humiliés ? Qui peut relater avec précisions les exactions commises par les soldats de MLC pilotés par le très culoté Jean Pierre Bemba ? Dans quel état de délabrement se trouvait le pays aux temps forts du passage de ces soldatesques ?

Les Centrafricains ont l’obligation d’appeler la communauté internationale à saluer les efforts accomplis après le coup de force de 2003. Des progrès ont été réalisés sous l’égide de François Bozizé qui a choisi de cohabiter avec Archange Faustin Touadéra, l’homme de la situation. En si peu de temps, cet enseignant sorti du néant a pu mettre fin à l’éternel et épineux problème d’arriéré de salaires, bourses et pensions. Incroyable mais vrai, ces charges régaliennes de l’Etat sont assurées toutes les fins du mois.

Qui peut vraiment défier François Bozizé ? Encore mieux, Archange Faustin Touadéra ? Ces deux compatriotes qui suent eau et sang pour défendre les couleurs nationales. La République Centrafricaine est un pays de paradoxe. Pis encore, il n’y a que dans ce pays que les grands services sont payés en monnaie de singe. François Bozizé qui a mis fin à une dictature au prix de sa vie mérite les injures qui pleuvent ?

De surcroît, les Centrafricains qui ont croupis sous le poids de la misère doivent remercier Touadéra de telle sorte ? Cet homme qui est contraint de réaliser d’importants projets avant la fin du deuxième mandat  de François Bozizé. L’exploitation du pétrole centrafricain, la cimenterie et l’uranium de Bakouma constitue une priorité des priorités de Touadéra.

Qui sont ceux qui s’attaquent aujourd’hui à Touadéra ? Quels sont les objectifs visés par ces compatriotes ? Sans doute, il s’agit des prophètes du malheur, des libertins, des pirates, des prédateurs, des véritables voleurs, des ennemis de la République…….. Des nostalgiques qui ont l’intention de combattre François Bozizé. Touadéra n’est qu’une personne interposée.

La Communauté internationale a intérêt à comprendre que ceux qui crient au scandale sont ceux qui sont à l’origine du malheur de ce pays. Quel est l’héritage qu’ils ont légué à leurs prédécesseurs ? Le bilan de leur passage au pouvoir n’est pas négatif ? Pensent-ils réduire éternellement les Centrafricains à des canards sauvages ? Quelle différence la communauté internationale peut-elle établir  entre le régime en place et celui des tyrans qui ont basculé le pays dans un état d’insécurité économique ?

Qui vivra verra!

 

Emery Elvis Paba

Publié dans Nation

Commenter cet article