Centrafrique: Les violences sexuelles en milieu scolaire et universitaire

Publié le par centrafrique-nouvelle

L’atelier de formation était organisé par le PRED (Projet de Renforcement de l’Etat de Droit) en Centrafrique en partenariat avec la FADEC (Femme–Action et Développement en Centrafrique)

L’objectif était de sensibiliser les pouvoirs publics et l’opinion publique nationale sur les violences sexuelles instaurées en milieu scolaire et universitaire. De manière spécifique, cet atelier, a déclaré Madame Yvette Banlog, présidente de la FADEC, visait à informer et communiquer sur la prévention des différentes formes de violences basées sur le genre, former et éduquer les personnes ressources sur les droits de la femme dans la législation centrafricaine. La présidente de la FADEC a par ailleurs mentionné que les multiples crises qu’a connues la République Centrafricaine ont eu des répercussions négatives sur la femme et jeune fille.

Dans les établissements scolaires et universitaires, rajoute Madame Banlog, persistent encore certaines formes de violences à l’égard des femmes et des jeunes filles, ce qui constitue l’une des causes de déperdition scolaire de filles en Centrafrique. Cet atelier de formation, conclut Madame Banlog permettra aux participants – les relais des droits de l’homme, d’avoir de nouvelles approches dans leur travail de sensibilisation et de suivi des victimes de violences. Dans le même ordre d’idée, Monsieur Ninga-Won, expert du PRED ajoute que cette nouvelle approche d’appui à la société civile au travers des formations du genre, leur permettra de mieux s’outiller et de contribuer significativement par leur sensibilisation, à rapprocher davantage des les justiciables de la justice. Cette proximité des acteurs de la société civile avec les populations, est un atout considérable pour la sensibilisation des uns par les autres en ce qui concerne le respect des droits de la femme.

Au cours de cette formation, plusieurs thématiques touchant aux violences en milieu scolaire et universitaire, la protection légale de la femme contre les violences et l’accompagnement psychosocial des victimes ont été abordées par les différents intervenants. Tout en espérant que les séries de sensibilisation des relais de droits de l’homme puissent encourager les victimes à rompre avec cette culture de silence pour dénoncer les différentes formes de violences subies et que l’opinion publique puisse aussi prendre conscience des dégâts causés par les violences sur les femmes et les jeunes filles.

Commenter cet article